La faire rouler c'est la détruire : Le Musée Porsche conserve l'insertion de la 910/8 Bergspyder

L’atelier

Le véhicule reste intact. Le capot avant de couleur rouge-rouille, dont la peinture usée avait la même couleur que le feu du clignotant. La coque d'assise usée, dont on ne peut deviner que les traces de l'ancien flocage. La courroie édentée, dont le câble métallique se tend sur l'entraînement de la pompe à injection. Il se comporte ainsi car il est authentique. Et c'est exactement le message de la 910/8 Bergspyder. Authenticité. Originalité. Le temps suspendu.

"Nous ne modifions pas cet état", déclare Alexander Klein, responsable de la gestion des véhicules au Musée Porsche. "Car toute modification serait une destruction de cette originalité absolue." Et cela concerne bien toutes les fonctions. Le moteur n'a plus besoin de tourner, et donc la voiture n'a plus besoin de rouler. "Nous faisons la différence entre son statut et le parc automobile ", a dit Alexander Klein. "Le Bergspyder a fait son devoir. Il a prouvé qu'il pouvait rouler. Et gagner.“

next item
Le Musée Porsche en tournée
previous item
911 (901) No. 57